legend

Adams | Adès | Amy | Andre | Babbitt | Barber | Barraqué | Bayle | Bedrossian | Benjamin | Berio | Bernstein | Bertrand | Birtwistle | Boesmans | Boucourechliev | Boulez | Britten | Cage | Campana | Carter | Cavanna | Chostakovitch | Chowning | Connesson | Copland | Crumb | Dalbavie | Dallapiccola | Dao | Denisov | Dillon | Durieux | Dusapin | Dutilleux | Eloy | Eötvös | Escaich | Fedele | Feldman | Fénelon | Ferneyhough | Ferrari | Ginastera | Glass | Goeyvaerts | Górecki | Greif | Grisey | Haas | Harvey | Henry | Henze | Holliger | Huber | Ingólfsson | Jolas | Jolivet | Kagel | Khatchatourian | Kurtag | Lachenmann | Levinas | Ligeti | Lindberg | Lutoslawski | Machover | Maderna | Manoury | Mantovani | Maresz | Messiaen | Monnet | Murail | Nancarrow | Nono | Nunes | Ohana | Pablo | Pärt | Parmégiani | Partch | Pécou | Penderecki | Pesson | Posadas | Poulenc | Pousseur | Radulescu | Reich | Rihm | Riley | Risset | Robin | Romitelli | Saariaho | Scelsi | Schaeffer | Schnittke | Schoeller | Sciarrino | Stockhausen | Stravinsky | Takemitsu | Tanguy | Tippett | Ullmann | Ustvolskaya | Varèse | Vivier | Wessel | Xenakis | Young | Zimmermann |



* JEAN BARRAQUÉ (1928 - 1973), France

 

SYNTHÈSE BIOGRAPHIQUESTYLE MUSICAL
Jean Barraqué [1928, France (Puteaux, près de Paris) - 1973, France (Paris), décédé par suicide à 45 ans] est élève du Conservatoire de Paris à la fin des années 40 (de Jean Langlais en harmonie et contrepoint, et surtout, d'Olivier Messiaen en analyse musicale de 1948 à 1951) ; de 1951 à 1954, il collabore avec le GRM (Groupe de Recherches Musicales) dans le studio de musique concrète de la RTF fondé par Pierre Schaeffer ; en privé, il a été très proche du philosophe Michel Foucault de 1952 à 1956 ; un personnage absolu, en marge de la Société et de ses conventions et formalismes, et à l'écart des influences, sauf peut-être du premier Boulez et pas longtemps ; un personnage irrationnel et refoulé qui a trouvé refuge dans l'anti-cléricalisme et dans l'athéisme à la fin des années 40, après avoir voulu être prêtre (en raison de son inclination mystique, de sa famille très croyante, et de son éducation catholique stricte et contrainte de pureté), et fasciné par la destruction, par l'inachèvement, par l'engagement existentiel (pessimisme noir) ; comme le catholique Zimmermann, vers la même époque, Barraqué s'est suicidé (en laissant des pièces inachevées et un catalogue en friche, révisé par Laurent Feneyrou à la fin des années 2000) ; comme lui, c'est un romantique attardé, en décalage avec son temps ; pour l'anecdote, sa vocation de compositeur a été suscitée par le déclic de l'écoute en concert de la "Symphonie inachevée" de Franz Schubert (parents commerçants, non mélomanes)... Première œuvre significative (après plusieurs pièces tonales) : "La Porte Ouverte" (1949, sur un poème de Paul Éluard, pour voix et piano, librement dodécaphonique). Instrument pratiqué : piano, chant (choriste).Moderniste-Sériel. Jean Barraqué est un musicien de l'exigence sans compromission : s'il a adhéré à l'esthétique sérielle, ce n'est pas par arrivisme comme d'autres plus tard (Penderecki, Henze...), c'est par choix artistique (il est quasiment contemporain de Boulez, mais n'en est pas son émule) ; de par son extrême exigence, il n'a que très peu terminé de compositions : au total, 6 œuvres, notamment après 1959 (mais une trentaine de plus entre 1943 et 1949, inédites et la plupart mineures) ; un compositeur indépendant à l'écriture rigoureuse et concise (dense) qui a développé la technique des séries proliférantes comme, selon lui, un mécanisme onirique où les intervalles s'imbriquent et se désagrègent, engendrant une musique qui s'invente sur elle-même et se détruit à mesure ; sa musique d'une grande pureté est difficile d'écoute, non pas par son aridité, mais par le refus de la séduction immédiate, de l'abandon, par la sur-utilisation des contrastes et des aspérités ; son sérialisme est moins intégral et moins «pur» (diatonisme, séries proliférantes), et, notamment au niveau des hauteurs ; nul doute que la postérité conservera ces purs diamants … Pièces emblématiques (sur un catalogue, aujourd'hui, d'une trentaine terminées, alors que jusqu'à sa mort seules 7 pièces étaient répertoriées): Sonate pour violon (composée en 1949, créée seulement en 2009, vibrante), Sonate pour piano (composée en 1952, créée seulement en 1967, mais enregistrée sur disque dès 1957, énigmatique, sérielle et difficile d'accès), Concerto pour clarinette (1962-1968, pour ensemble, son chef d'œuvre le moins inaccessible), "Le Temps Restitué" (1968, pour mezzo-soprano, chœur et petit ensemble), "Chant après Chant" (1966, pour voix, piano et 6 percussions), et "Au delà du Hasard" (1959, pour 4 ensembles instrumentaux et un chœur), ces 3 dernières pièces étant inspirées par le roman de Hermann Broch, «La Mort de Virgile», selon un projet bien plus ambitieux de 12 pièces.

 

 

ŒUVRE(S) SÉLECTIONNÉE(S)

CRÉATIONTITREANALYSETEMPSVALEURNIVEAU
1952Sonate pour piano (piano) [24 ans]Piano solo. Une pièce d'errance énigmatique en 2 sections très contrastées, «très rapide» et «lent» (sans interruption et sans cohérence), avec une courte fin distincte, monodique, qui équivaut à un épuisement (et une fausse fin comme un dédale, par … … suite | … plus (portrait compositeur)40xxx++
1968Concerto pour clarinette (clarinette et ensemble de 17 musiciens) [40 ans]Ensemble (petit, clarinette non concertante). Une œuvre d'une grande pureté, scintillante et se renouvelant sans cesse sans construction apparente, pour 6 groupes de musiciens par 3 ; le nom de Concerto est inapproprié, car la clarinette n'est quasim… … suite | … plus (portrait compositeur)28xxxx++

 

 

ACTUALITÉ [Créations, Reprises, Projets]

légendeNé le 17 Janvier 1928

M.A.J.-Actus : 2017/07/07.
Mort le 17 Août 1973 ; création d'une Sonate pour violon seul, récemment redécouverte, le 30 Novembre 2009, au Théâtre des Bouffes du Nord, à Paris ; reprise de la Sonate pour piano le 14 Janvier 2011, à Paris ; sa notoriété progresse (lentement), ce qui est un phénomène assez rare pour être souligné ; notamment, le musicologue, Laurent Feneyrou, est un spécialiste reconnu, a publié ses écrits (2001) et plusieurs pièces encore inédites et il travaille à un livre complet sur le compositeur (pas publié en Juillet 2017) ; un Internaute, alias Polyphonie X, a gracieusement mis la totalité (maigre) des enregistrements de son catalogue répertorié en 2014 (il manque quelques pièces récemment exhumées) sur YouTube ; ses amis devraient créer un site Internet* Reco(s)-Accès-facile (relativement à son catalogue)… "Chant après Chant" (1966, pour 6 percussionnistes, voix et piano, très typique de l'époque, sur des textes de Hermann Broch, issus de «La Mort de Virgile» ; Extrait-Vidéo) |

* Conseil-découverte : Concerto pour clarinette (1962-1968, pour ensemble) |

* Conseil-approfondissement : "Le Temps Restitué" (1968, pour mezzo-soprano, chœur et petit ensemble) |

 

Actualisation de la page (hors actualités) : 7-Juillet-2017

© Jean Henri Huber, Musique Contemporaine.Info, 2005-2017 Pour retourner à la page d'accueil: BIENVENUE !
Retour Haut de page