legend

Adams | Adès | Amy | Andre | Babbitt | Barber | Barraqué | Bayle | Bedrossian | Benjamin | Berio | Bernstein | Bertrand | Birtwistle | Boesmans | Boucourechliev | Boulez | Britten | Cage | Campana | Carter | Cavanna | Chostakovitch | Chowning | Connesson | Copland | Crumb | Dalbavie | Dallapiccola | Dao | Denisov | Dillon | Durieux | Dusapin | Dutilleux | Eloy | Eötvös | Escaich | Fedele | Feldman | Fénelon | Ferneyhough | Ferrari | Ginastera | Glass | Goeyvaerts | Górecki | Greif | Grisey | Haas | Harvey | Henry | Henze | Holliger | Huber | Ingólfsson | Jolas | Jolivet | Kagel | Khatchatourian | Kurtag | Lachenmann | Levinas | Ligeti | Lindberg | Lutoslawski | Machover | Maderna | Manoury | Mantovani | Maresz | Messiaen | Monnet | Murail | Nancarrow | Nono | Nunes | Ohana | Pablo | Pärt | Parmégiani | Partch | Pécou | Penderecki | Pesson | Posadas | Poulenc | Pousseur | Radulescu | Reich | Rihm | Riley | Risset | Robin | Romitelli | Saariaho | Scelsi | Schaeffer | Schnittke | Schoeller | Sciarrino | Stockhausen | Stravinsky | Takemitsu | Tanguy | Tippett | Ullmann | Ustvolskaya | Varèse | Vivier | Wessel | Xenakis | Young | Zimmermann |



* FRANCK BEDROSSIAN (1971 - 46 ans), France

 

SYNTHÈSE BIOGRAPHIQUESTYLE MUSICAL
Franck Bedrossian [1971, France (Paris) - ] (prononcer «bédrossian», même si le nom ne prend pas d'accent), d'ascendance Juive, Espagnole et Arménienne, est un pur produit de la formation Française (après le Conservatoire de Région de Paris rue de Madrid, le Conservatoire de Paris à la Villette, pour des études avec Gérard Grisey, puis Marco Stroppa), tout en diversifiant ses intérêts avec Helmut Lachenmann (Centre Acanthes en 1999, Internationale Ensemble Modern Akademie en 2004) et en développant sa palette par l'électronique (comme instrument complémentaire, pas encore pour les transformations en temps réel, à l'Ircam, avec Philippe Leroux) ; il est pensionnaire à la Villa Médicis de Rome (2006 - 2008) ; depuis Septembre 2008, il a émigré aux USA, à l'Université de Berkeley, Californie, en tant que professeur de composition, comme son aîné Gérard Grisey ; un personnage carré, volontaire, proactif, intuitif (raisonné), bouillonnant (mais se maîtrise), qui aime échanger (pas débattre), notamment avec ses instrumentistes (fertilisation croisée)... Première œuvre significative : "L'Usage de la Parole" (1999, pour clarinette, violoncelle et piano). Instrument pratiqué : piano.Moderniste-Surexpressionniste (tendance saturation). Franck Bedrossian est un encore jeune compositeur prometteur qui détonne par un style (et un positionnement de l'extrême) unique, avec un langage marqué par les saturations du son (en superposition de couches), de l'énergie, de l'information (voire du sens), jusqu'à la distorsion (sans provocation inutile... sauf pour les titres de ses pièces) ; nul doute que pour tracer sa voie originale, il a écouté longtemps les musiciens de jazz depuis John Coltrane jusqu'aux adeptes du Free (Cecil Taylor, Albert Ayler, voire Eric Dolphy) et du rock extrême (les saturations de la guitare électrique) ; radical, son langage n'est cependant pas hermétique ou abscons, mais clairement magnétique, voire séduisant ; il ajoute en outre comme influences, dans la recherche à l'intérieur du son original, celles de Debussy (harmoniques), de Xenakis (clusters), de Varèse (ionisations) et surtout de Grisey (spectralisme, notions de processus) et de Lachenmann (dé-structuration, travail sur le son-bruit) ; sa musique, avec la jeunesse, est énergique, radicale, voire transgressive, avec des moments (encore courts) de douceur, de bonheur onirique, elle est aussi marquée par les textures, puis devient plus assumée, tout en conservant une vraie identité ; il faut du temps pour pénétrer ce nouvel univers inouï et fascinant et pour être -littéralement- transporté… Pièces emblématiques (sur une trentaine) : "La Solitude du Coureur de Fond" (2000, pour saxophone alto solo), "Transmission" (2002, pour basson ou fagott et électronique live, manifeste-étendard de l'esthétique de la saturation, provocateur avec beuglements sur fond de bruits de disque vinyle), "Digital" (2003, pour contrebasse, percussion, électronique, un brillant jeu de piste), "It" (2005-2008, pour ensemble de chambre, frénétique), "Charleston" (2005-2007, pour ensemble, un faux pastiche plus accessible), "Manifesto" (2008, pour octuor à vents, pièce ambitieuse et aboutie), "Tracé d'ombres" (2005-2008, quatuor à cordes, avec un pépiement transcendant, trop court), "Swing" (2009, pour petit ensemble, non écouté en concert), "Edges" (2010, pour piano et percussion préparés, surtendu), "Itself" (2012, pour orchestre, foisonnant, à ne pas confondre avec "It").

 

 

ŒUVRE(S) SÉLECTIONNÉE(S)

CRÉATIONTITREANALYSETEMPSVALEURNIVEAU
2002Transmission (basson et électronique) [31 ans]Basson (ou fagott)-électronique live. Une pièce-manifeste, car c'est historiquement la première de l'esthétique de la saturation (issue à la fois du free-jazz et du spectralisme) ; elle associe l'instrument poussé dans ses retranchements (avec des so… … suite | … plus (portrait compositeur)10xx++
2005It (septuor cordes-vents) [34 ans]Ensemble à vent et cordes (7 musiciens : flûte, clarinette, saxophone, à gauche, violon, violoncelle, contrebasse, à droite, piano, isolé en fond). Une pièce toute en urgence (sauf un court épisode central de répit énigmatique) marquée par son alchim… … suite | … plus (portrait compositeur)19xxx+++
2005Charleston (ensemble de 15 musiciens) [34 ans]Ensemble (petit). Violente (jusqu'à l'hystérie contrôlée) peut-être, en tout cas pulsée par une énergie féroce (jusqu'aux débordements), par une alternance tension-libération, cette pièce est décoiffante, prenante, qui assiège littéralement l'oreille… … suite | … plus (portrait compositeur)13xxx+++

 

 

ACTUALITÉ [Créations, Reprises, Projets]

légendeNé le 3 Février 1971

M.A.J.-Actus : 2017/09/10.
Création de "A chamber to be haunted [Une Chambre pour être hanté]", pour 2 violons, le 27 Juillet 2017 au Festival Messiaen ; création de "Twist", pour orchestre et électronique, le 16 Octobre 2016 à Donaueschingen (Allemagne) ; création de "Itself", pour orchestre (réussi), le 21 Octobre 2012, à Donaueschingen ; création de "Epigram I", 5 poèmes d'Emily Dickinson pour voix et ensemble, à Genève, le 9 Novembre 2010 (tendu, fébrile) ; création de "Edges" pour piano et percussion, le 21 Mars 2010, à Genève (le 23, à Paris) ; création de "Swing", une pièce longue de 30 mn, le 18 Octobre 2009 à Donaueschingen pour 11 musiciens (fascinant) ; création d'une pièce pour accordéon solo le 27 Novembre 2008 ; reprise de la nouvelle version de "Tracé d'Ombres" à Paris le 13 Novembre 2008 ; en Septembre 2008, il s'est installé en Californie comme professeur de composition ; création Française réussie d'une nouvelle version de "It" pour quintette, le 8 Février 2008, et le 13 Mars, de "Manifesto" pour ensemble de chambre (également très original) ; travaille en 2017 sur une suite à "Epigram" (III, pour un total de 40 mn), la pièce II (en deçà), ayant été créé le 9 Mai 2014, Allemagne, Witten ; travaille aussi sur une pièce pour 2 violons, à créer au 20ème Festival Messiaen de 2017 ; une belle collection d'extraits musicaux est présentée sur SoundCloud (soundcloud.com/franck-bedrossian) à défaut de site Internet personnel (déjà aimablement à lui demandé)* Reco(s)-Accès-facile (relativement à son catalogue)… "Itself" (2012, pour orchestre, un puzzle foisonnant ; Extrait-Vidéo) |

* Conseil-découverte : "Charleston" (2005-2007, pour ensemble) |

* Conseil-approfondissement : "Swing" (2009, pour petit ensemble) |

 

Actualisation de la page (hors actualités) : 28-Janvier-2017

© Jean Henri Huber, Musique Contemporaine.Info, 2005-2017 Pour retourner à la page d'accueil: BIENVENUE !
Retour Haut de page