legend

MORT DE JONATHAN HARVEY

Voici en toute modestie quelques regards liés à l'actualité, sans le recul de la Base de données, ni l'objectivité actualisée des Informations brutes… mais sans partialité.

28 Août 2017 Relevé d'Apprenti n°22 Un nouveau livre majeur en 3 volumes, par Guillaume Kosmicki, sur la Musique moderne
3 Mars 2017 Éditorial n°4 Le XXL-Scope, un nouveau développement majeur du site MCI
9 Janvier 2016 Relevé d'Apprenti n°21 5 Janvier 2016… mort à presque 91 ans du compositeur et entrepreneur phare de la Musique Contemporaine, Pierre Boulez
27 Décembre 2014 Relevé d'Apprenti n°20 Novembre 2013-2014, une année faste pour Gérard Grisey, sans prétexte d'anniversaire
4 Juin 2013 Relevé d'Apprenti n°19 La mort de Henri Dutilleux, à 97 ans, un classique du moment, entre temporel et intemporel
19 Mai 2013 Relevé d'Apprenti n°18 Dans moins d'un mois, c'est le centenaire de la naissance de Maurice Ohana… et à ce jour seul un colloque et quelques concerts l'ont fêté
28 Décembre 2012 Relevé d'Apprenti n°17 Décès attendu d'un des très rares compositeurs de sa génération à avoir pleinement intégré l'informatique musicale, Jonathan Harvey
7 Mars 2011 Relevé d'Apprenti n°16 Création ambitieuse de "La Métamorphose", opéra de chambre de Michaël Levinas, d'après Kafka
22 Février 2011 Éditorial n°3 Vive la diversité et la coopération Web 2.0, à bas la notoriété concentrée
26 Septembre 2010 Relevé d'Apprenti n°15 Décès absurde et consternant d'un compositeur météore presque trentenaire, Christophe Bertrand
27 Octobre 2009 Relevé d'Apprenti n°14 Dix CD de référence pour la décennie 2000-2009, selon J.-P. Derrien et D. Jameux… et des contrepoints !
23 Juin 2009 Relevé d'Apprenti n°13 Création scénique de "Pastorale" de Gérard Pesson : un spectacle complet
28 Avril 2009 Relevé d'Apprenti n°12 Concert monographique de Frédéric Pattar (musique de chambre) : une expressivité surprenante
10 Octobre 2008 Relevé d'Apprenti n°11 Révélation surprise d'un jeune compositeur Scandinave à Présences Paris, Jan Erik Mikalsen
25 Septembre 2008 Relevé d'Apprenti n°10 Décès d'un compositeur micro-tonal extrême, Horatiu Radulescu
18 Septembre 2008 Relevé d'Apprenti n°9 Décès d'un compositeur indépendant, sérieux et provocateur, Mauricio Kagel
15 Juillet 2008 Relevé d'Apprenti n°8 La découverte approfondie du très original et saturateur Frank Bedrossian, avec 3 concerts 2E2M
26 Janvier 2008 Relevé d'Apprenti n°7 "Les Sacrifiées", opéra de chambre de Thierry Pécou, ou l'engagement citoyen
16 Décembre 2007 Relevé d'Apprenti n°6 La Musique Contemporaine en 100 disques, un nouveau livre
5 Décembre 2007 Relevé d'Apprenti n°5 Décès brusque d'un compositeur phare, Karlheinz Stockhausen
22 Septembre 2007 Relevé d'Apprenti n°4 Création Française de "Neither", pseudo-opéra de Morton Feldman de 1977
23 Juin 2007 Relevé d'Apprenti n°3 "Wagner dream", opéra de Jonathan Harvey… pour le répertoire ?
12 Mai 2007 Éditorial n°2 La vraie faiblesse congénitale de la Musique Contemporaine, le «share of voice».
8 Mars 2007 Relevé d'Apprenti n°2 Thomas Adès et Présence 2007
15 Novembre 2006 Relevé d'Apprenti n°1 L'opéra de chambre et "Faustus" de Pascal Dusapin
24 Octobre 2006 Éditorial n°1 Ouverture officielle du site Web Musiquecontemporaine.info

Relevé d'Apprenti n°17: 4 Décembre 2012… Décès attendu d'un des très rares compositeurs de sa génération à avoir pleinement intégré l'informatique musicale, Jonathan Harvey



Photo: D.R.







Photo: D.R.

Il souffrait depuis trop longtemps d'une rare maladie dégénérative du système nerveux central (la sclérose latérale amyotrophique, encore appelée maladie de Charcot en France ou de Lou Gehrig aux USA), peu à peu de plus en plus physiquement diminué jusqu'à être méconnaissable par la paralysie musculaire progressive, il est mort à 73 ans ce 4 Décembre, alors qu'il était en pleine possession de ses moyens intellectuels et de son art compositionnel (il reste au moins 2 pièces très récentes d'envergure, pas encore créées en France).
Tous les médias attendaient la nouvelle et avaient préparé leur nécro standard convenue, et c'est pour se distinguer de leur conformisme superficiel que ce billet est écrit avec un certain recul temporel et, de façon exceptionnelle, dans une démarche nuancée, voire contradictoire.
Tout d'abord, l'homme que l'on a qualifié de Franco-Anglais, de religieusement quasi dévot, de gentil à l'extrême… à tort ou en tout cas de façon parcellaire. En réalité cet homme, après quelques contacts, était juste typiquement British jusqu'au bout des ongles et remarquablement polissé (s'il a dit se positionner au milieu du channel avec un pied en Angleterre et un autre pied en France, c'est avant tout pour être bien élevé, consensuel, ne pas froisser ses interlocuteurs, même si l'IRCAM a constitué souvent sa base avec les outils informatiques disponibles, très séduisants pour lui) et il ne craignait pas de répondre à côté (avec conviction ou apparente objectivité, voire humour) lorsque la question posée lui apparaissait sans intérêt. En réalité, l'homme n'était pas dévot, il était même assez charnel (et sa musique qui le réflète est sensuelle), même si sa foi était sans doute réelle et sincère, en tout cas panthéiste (mélangeant allègrement anglicanisme, catholicisme et Bouddha, voire certaines idées paganistes) dans une démarche de consensus, de curiosité, de rassemblement, hors sectarisme. En réalité, l'homme, enfin, n'était pas gentil jusqu'à l'insignifiance, mais engagé, scotché dans sa démarche créatrice originale (pas une seule de ces compositions ne recèle une part de geste calculé, voire risqué) et d'une intelligence (au sens de la célébralité) rare chez les artistes (il suffit de lire son analyse pénétrante du 1er Stockhausen, parue en 1975, et de se pénétrer du point fort de sa musique, détaillé ci-après, qui requiert une aisance rare dans la programmation informatique).
Au total, un homme agréable et courtois, avenant, raisonnablement passionné et calme, bien (bon) vivant, et un brin idéaliste (mais pas un saint, ni un candide).

Ensuite, sa musique, et si les commentateurs ont insisté sur son intérêt pour la musique électroacoustique, ils n'ont pas ou peu dit que le premier, il a largement utilisé l'ordinateur pour composer (l'informatique musicale) en mettant en avant cet outil pour démultiplier les instruments avec des réussites exemplaires (en concert) : le petit ensemble de "Wagner Dream" sonne et vit comme une grande formation, le quatuor à cordes n°4 prend une dimension orchestrale inouïe, l'orchestre (bois par 3) de "Speakings" se met à briller de 1000 feux chaque pupitre étant expansé, et "Advaya" (pour seulement violoncelle et clavier numérique) atteint des polyphonies insoupçonnées ; bien sûr, auparavant Pierre Boulez, puis Philippe Manoury, avaient su utiliser intelligemment l'informatique (avec les moyens préhistoriques de 1981-1985), mais dans leurs cas, l'informatique était un dériveur des sons instrumentaux pour leur procurer des palettes sonores nouvelles ou pour créer des effets sonores et spatiaux nouveaux (et ne parlons pas des nombreux compositeurs qui ne vont pas plus loin que le nappage sonore, telle une sauce qui peut, mais pas toujours, se révéler indigeste) ; il faut dire que son intérêt pour l'électronique est apparu assez tôt (43 ans) avec la pièce pour bande (cloches, enfant, et tutti quanti) de 1980 intitulée "Mortuos Plango, Vivos Voco" (il faut d'ailleurs souligner la valeur de cette courte pièce spectrale, lumineuse et mélodique car elle est la première, à notre connaissance, pour la musique savante purement électroacoustique, à faire l'objet d'une ré-création par d'autres que le compositeur, instituant alors un début de style interprétatif pour les pièces électroacoustiques lesquelles jusqu'alors étaient toutes figées ou fixes, donc sans interprétation possible… et qui subissaient alors terriblement l'usure du temps et de la technologie… de telles re-créations seraient plus que bienvenues pour les vieilles pièces électroacoustiques sur bande des années 1960 à 1980, comme celle de Pierre Henry, par exemple).
Une deuxième dimension de sa musique est consubstantielle de son expertise informatique, c'est la transmutation spectrale, c'est-à-dire, un peu comme pour l'or, sa capacité à sublimer le spectre dans des fulgurances étalées temporellement et spatialement (à l'instar d'un feu d'artifice, pour rester dans le vocabulaire hyperbolique), avec force micro-intervalles et riches harmoniques ; en ce sens, son esthétique est post-spectrale (avec intégration de l'héritage post-sériel), mais curieusement ce post-spectral-là est bien proche de la démarche originelle des fondateurs-initiateurs (Grisey-Murail-Levinas) qui voulaient partir du son-spectre électronique mais n'en avaient alors pas les moyens informatiques (dans les années 1970).
Une troisième dimension de sa musique (forte de plus de 150 pièces au catalogue) est sa sensualité et le plaisir auditif recherché-revendiqué, mais ce plaisir n'est pas dans la facilité (bien des formations très connues se sont plantées lors de créations par manque de préparation) et il s'accompagne d'une histoire qui se raconte (avec connivence), souvent de façon linéaire, mais pas simpliste, et avec un belle tendance euphorisante.

Au total, un compositeur à la personnalité et à la musique attachantes et lumineuses qui, souhaitons-le avec cet hommage sincère, continuera à être joué (et de mieux en mieux interprété) en concert (et dans cette attente, les mélomanes curieux et/ou insatiables peuvent explorer son œuvre sur la plate-forme YOUTUBE particulièrement bien fournie).

Jean Huber, le 28 Décembre 2012.



Actualisation : 13 Novembre 2016

TOP-12-VISITES : HISTOIRE | PERSPECTIVE | STYLES-ÉCOLES | ÉDITORIAUX-ÉCHOS | ŒUVRES-BBD | GUIDE-EXPRESS | COMPOSITEURS-INTRO | PLUS-BDD | ACTUALITÉS-CRÉATIONS-REPRISES | GLOSSAIRE | VIDÉOS-EXEMPLES | FAQ |



© Jean Henri Huber, Musique Contemporaine.Info, 2005-2017 Pour retourner à la page d'accueil: BIENVENUE !
Retour Haut de page