HUSH, HUSH ! Festival Manifeste-Ircam, du 30 Mai au 22 Juin 2024 ; 5ème festival Ensemble(s), du 18 au 22 Septembre 2024 (début résa en Aout) ; Festival Présence 2025 (Février), focus Olga Neuwirth ; reprise réussie à Paris le 26 Avril de 'Art of Metal III' pièce phare du 21ième siècle de Robin (Alain Billard après 15 ans a conservé toute sa sauvagerie de la création ) ; beaucoup de compositeurs abandonnent leur site Internet personnel, en 2023 et 2024, dommage ; centenaire en Janvier de Nono totalement occultè, heureusement, celui de Boulez en 2025 promet beaucoup.

Concerts… ajout bienvenu [@mail en bas], si musique > 80% après 1941, pays Francophone, même format de données, avec lien-concert, '*' si création et '0€' si gratuit, max. 180 caractères +++
2024-06-22 - Sa (21.00) | Paris_Centre_Pompidou | Intercontemporain_ensemble_Ulysse_ensemble | Jarrell (Chambre Echos), Ligeti (Mysteries), Steen-Andersen (Chambered), Reyes (Diwata) - …+++
2024-06-19 - Me (20.00) | Paris_RadioFrance | Philharmonique_RF_orchestre_Neuberger_Suh | Sikora (Sonosphère*), Nono (Como una ola de fuerza y luz) - …+++

ÉDITORIAUX - HUMEURS

 

Voici en toute modestie quelques regards liés à l'actualité, sans le recul de la Base de données, ni l'objectivité actualisée des Informations brutes… mais sans partialité.

10 Mars 2024 Éditorial n°5 10 Mars 2024… la question de la postérité pour les compositeurs(trices) de la Contemporaine
30 Avril 2022 Relevé d'Apprenti n°25 22 Avril 2022… mort à 87 ans de Harrison Birtwistle, compositeur Anglais moderniste majeur
16 Février 2022 Relevé d'Apprenti n°24 Tristan Murail, revisité par le Festival Présences
30 Décembre 2019 Relevé d'Apprenti n°23 Jean-Claude Risset, le compositeur le plus innovant de sa génération
28 Août 2017 Relevé d'Apprenti n°22 Un nouveau livre majeur en 3 volumes, par Guillaume Kosmicki, sur la Musique moderne
3 Mars 2017 Éditorial n°4 Le XXL-Scope, un nouveau développement majeur du site MCI
9 Janvier 2016 Relevé d'Apprenti n°21 5 Janvier 2016… mort à presque 91 ans du compositeur et entrepreneur phare de la Musique Contemporaine, Pierre Boulez
27 Décembre 2014 Relevé d'Apprenti n°20 Novembre 2013-2014, une année faste pour Gérard Grisey, sans prétexte d'anniversaire
4 Juin 2013 Relevé d'Apprenti n°19 La mort de Henri Dutilleux, à 97 ans, un classique du moment, entre temporel et intemporel
19 Mai 2013 Relevé d'Apprenti n°18 Dans moins d'un mois, c'est le centenaire de la naissance de Maurice Ohana, et à ce jour seuls…
28 Décembre 2012 Relevé d'Apprenti n°17 Décès attendu d'un des très rares compositeurs de sa génération à avoir pleinement intégré l'informatique musicale, Jonathan Harvey
7 Mars 2011 Relevé d'Apprenti n°16 Création ambitieuse de "La Métamorphose", opéra de chambre de Michaël Levinas, d'après Kafka
22 Février 2011 Éditorial n°3 Vive la diversité et la coopération Web 2.0, à bas la notoriété concentrée
26 Septembre 2010 Relevé d'Apprenti n°15 Décès absurde et consternant d'un compositeur météore presque trentenaire, Christophe Bertrand
27 Octobre 2009 Relevé d'Apprenti n°14 Dix CD de référence pour la décennie 2000-2009, selon J.-P. Derrien et D. Jameux… et des contrepoints !
23 Juin 2009 Relevé d'Apprenti n°13 Création scénique de "Pastorale" de Gérard Pesson : un spectacle complet
28 Avril 2009 Relevé d'Apprenti n°12 Concert monographique de Frédéric Pattar (musique de chambre) : une expressivité surprenante
10 Octobre 2008 Relevé d'Apprenti n°11 Révélation surprise d'un jeune compositeur Scandinave à Présences Paris, Jan Erik Mikalsen
25 Septembre 2008 Relevé d'Apprenti n°10 Décès d'un compositeur micro-tonal extrême, Horatiu Radulescu
18 Septembre 2008 Relevé d'Apprenti n°9 Décès d'un compositeur indépendant, sérieux et provocateur, Mauricio Kagel
15 Juillet 2008 Relevé d'Apprenti n°8 La découverte approfondie du très original et saturateur Frank Bedrossian, avec 3 concerts 2E2M
26 Janvier 2008 Relevé d'Apprenti n°7 "Les Sacrifiées", opéra de chambre de Thierry Pécou, ou l'engagement citoyen
16 Décembre 2007 Relevé d'Apprenti n°6 La Musique Contemporaine en 100 disques, un nouveau livre
5 Décembre 2007 Relevé d'Apprenti n°5 Décès brusque d'un compositeur phare, Karlheinz Stockhausen
22 Septembre 2007 Relevé d'Apprenti n°4 Création Française de "Neither", pseudo-opéra de Morton Feldman de 1977
23 Juin 2007 Relevé d'Apprenti n°3 "Wagner dream", opéra de Jonathan Harvey… pour le répertoire ?
12 Mai 2007 Éditorial n°2 La vraie faiblesse congénitale de la Musique Contemporaine, le «share of voice».
8 Mars 2007 Relevé d'Apprenti n°2 Thomas Adès et Présence 2007
15 Novembre 2006 Relevé d'Apprenti n°1 L'opéra de chambre et "Faustus" de Pascal Dusapin
24 Octobre 2006 Éditorial n°1 Ouverture officielle du site Web Musiquecontemporaine.info

Éditorial n°4 : 10 Mars 2024... La lancinante question de la postérité pour les compositeurs de la Musique Contemporaine.

légende

































légende

Photo: Yann Robin, pour l'exemple !

Deux questions sur trois posées sur ce site Internet ou lors des rencontres impromptues au concert concernent la postérité éventuelle de tel ou tel compositeur contemporain vivant ou mort, c'est dire l'importance du sujet. Autrement dit… qui sont les compositeurs de la musique de notre génération (= d'aujourd'hui) dont le nom et la musique vont survivre après leur mort, comme les quelques autres dits du répertoire.

Bien sûr la question procède beaucoup de notre culture de consommation pré-digérée : le consommateur veut de la sélection par des experts pour guider ses goûts. Il veut pouvoir raconter quelquechose et surtout pouvoir en parler à ses "amis", ceux de sa "tribu" (au sens des réseaux sociaux).

Mais pas seulement. La lecture des livres et des recueils épistolaires de la Musique Romantique est édifiante : la postérité était déjà un enjeu essentiel et elle le reste.

Enjeu important, sujet (pronostic) casse-gueule, mission impossible… tous les amis de la Contemporaine ont essayé de me dissuader d'aborder la question… en bottant en touche.
Surtout que j'écris partout sur ce site Internet que c'est la valeur d'une pièce qui guide le choix, la sélection d'un compositeur ou d'une compositrice n'intervenant qu'après. C'est en tout cas toujours ce que j'ai répondu car j'en suis convaincu, c'est (peut-être) la somme de pièces majeures qui crée l'engouement consensuel et permet la postérité du compositeur(trice).
Il n'y a bien sûr pas de réponse avec les leçons du passé.
Mais aujourd'hui avec tous les tendances paranoïdes, ne pas répondre directement ou répondre seulement indirectement à une question récurrente, entraîne le dénigrement, voire plus le déréférencement (de Google), vous imaginez l'opprobe, le délit de non assistance, même sans danger, donc je vais me lancer à mes risques et périls (donc avec humour distancé, voire iconoclaste, au n-ième degré) !
Oui, pour faire simple, Bach (J.S.) et Mozart (W.A., bien aidé par Milos Forman) sont des incontournables, mais pas des Dieux (j'ose l'écrire) car de leur temps, d'autres compositeurs, aujourd'hui peu ou pas connus, ont écrit des pièces tout aussi mémorables et indispensables, peut-être en moins grand nombre, mais peu importe.
Donc pas de solution mimétique, du type applaudimètre (évidemment influencé, donc biaisé) et pas de solution avec la supposée internationalisation de la musique par le disque ou par Internet, et par exemple Scelsi, un autodidacte (princier) qui a laissé à un exécutant le boulot d'arranger et d'orchestrer ses idées, même s'il a été occulté par le landernau musical, a percé par le oui-dire (pas par les enregistrements), bien sûr, autre exemple, Lachenmann, un provocateur, reste incontournable, mais tant décrié alors (plus question aujourd'hui à plus de 80 ans et avec moins de vigueur contestataire de la Société capitaliste), mais personnellement j'ai bien failli ne pas détecter la valeur -oui, à 2 pas de la France- de Sciarrino, un autre auto-didacte…
ce qui change les données par rapport au passé, c'est le catalogue par compositeur beaucoup plus restreint que par le passé (sauf exception, Stockhausen, Rihm, mais alors avec davantage de déchet) et la grande diversité de styles concomittants (comme dans d'autres arts, par exemple, la peinture), d'où la possibilité de postérité pour des talents isolés et originaux,
ce qui change aussi beaucoup par rapport au passé, c'est mise à part la chanson, la diversité de la musique populaire (avec des génies savants dans le rock-pop comme Jimmy Hendricks, les Pink Floyds, etc.), et l'apparition de 2 genres indépendants, le jazz et la musique de film (mais ce n'est pas de la musique dite "savante", savante étant juste une définition, pas d'ostracisme).
et, attention, à une épineuse difficulté par rapport aux compositeurs du passé : chaque nouvelle pièce, pour s'imposer dans le temps, doit faire face à un répertoire toujours plus important, ce qui ne laisserait toujours aujourd'hui aucune chance à Prokofiev ou au dernier Richard Strauss ou plus loin à Verdi (dommage, non ?), et toute nouvelle pièce doit faire face à un environnement auto-destructeur (toujours du neuf, de l'inoui, qui épuise tout le neuf d'avant, à force de chercher du neuf, toujours plus vite).
Et bien sûr, il n'y a pas de solution définitive en comparant les innovateurs par rapport aux conservateurs ou les tenants de la tradition du répertoire (melody or not melody, that is the question… et dans la gamme harmonique (Occidentale) ou pas.

Donc je vais répondre (enfin)… en clamant d'abord mes limites au "marché" Français (pour les autres, et d'autres cultures, c'est trop difficile), mais, allez, une fois, je donnerai des pistes, plus loin.
Voilà, il faut se lancer : pour moi, subjectivement et cette période de 80 ans, et seulement pour leur musique (pas pour leur personnalité ni leur position sociétale), il y a surtout VARÈSE (électronique), MESSIAEN (modalité), BOULEZ (sérialisme) et GRISEY (spectralisme), tous des pionniers, un par génération.
CO… COMMENT, vous ne citez pas, vous négligez untel, et unetelle (attention au #METOO), c'est n'importe quoi.
Donc je vais nuancer (vous allez être déçu(e)), en ajoutant MURAIL (vivant, assez âgé) comme co-listier spectral de Grisey (un peu comme Debussy-Ravel), et en prenant encore plus de risque ROBIN (saturation, lui bien vivant, à 50 ans) et BERTRAND (polyrythmique, mort trop tôt), d'autres pionniers pour les 2 générations suivantes (après ma boule de cristal part en fumée).
Encore déçu(e), alors il faut s'expliquer…
A mon sens, la postérité reconnaît ceux qui apportent du neuf, mais ce filtre est subjectif… et puis je vous vois, lecteur-lectrice narquois(e), c'est biaisé, comme d'habitude, avec ces experts auto-proclamés, il a ajouté-inséré-glissé incognito son chou-chou, inconnu de tout le monde avec Christophe Bertrand, comme tout le monde le fait dans les réseaux sociaux, cela ne mange pas de pain et cela fait de l'auto-plaisir !
Eh bien, non, cela répond juste au critère du neuf, de l'inoui.
Mais il y a un grand double MAIS : la postérité c'est devant nous quand nous serons disparus, c'est-à-dire avec d'autres critères qui prévaudront alors (souhaitons au moins qu'alors la starisation médiatique ne soit plus prévalente, même si l'on n'a pas demandé à un compo de de contemporaine de signer des chaussures Nike, pour une vie financièrement bien plus facile), et à ce propos de postérité je n'en veux pour preuve que l'exemple de l'automobile… aujourd'hui regardons les carrosseries des voitures d'il y a 50 ans (voire moins), il y en a certaines (peu) qui nous plaisent encore (pourquoi?) et d'autres beaucoup qui sont désuètes.
Deuxième problème encore plus prégnant que le précédent : la musique ce sont les compositeurs, mais ils ne sont rien sans leurs interprètes qui jouent leurs partitions (fidèlement, c'est un leurre, seulement pour la création… quand, pour les grands effectifs, ils ne se réfugient pas derrière un manque d'inspiration, sans parler de la routine parfois (hum !), donc parlons plutôt des exécutions ultérieures qui ne seront que plus inspirées, inventives, infidèles mais au goût du jour… alors rêvons des pièces qui sont rejouées plusieurs fois par plusieurs groupes distincts, car c'est encore rarissime).
Vous insistez ? Quid des "immenses" (je cite) compositeurs Français que sont (par exemple) Dutilleux, Henry, Dusapin, Pécou, Greif, Dufourt, Escaich, Manoury (etc.), sans oublier des femmes commpositrices (je les aime trop pour en citer certaines et pas d'autres), ou Cavanna (avec un clin d'œil qui l'amuserait) ?
Eh bien pourquoi pas ? Avec un autre critère, la musicalité, la tonalité conservée, le compromis tempéré (que sais-je !), et avec d'autres zélateurs tout aussi respectables (la Maison Ronde pour Dutilleux et Hersant comme ex-collègues, les cercles de l'INA pour Henry (et ceux qui privilégient la musique fixée, sans interprètes), les amis-prosélites actifs de Greif ou de Florentz qui ont -et pourquoi pas- davantage un pied dans le passé).
Par exemple, si le critère de choix est la continuité du répertoire en France (donc les sériels passent à la trappe avec le trio Schoenberg-Berg-Webern), alors il faut privilégier Connesson, Greif, Escaich, Zavaro (en ligne avec Poulenc et avant).
Par exemple, si le critère de choix est la modernité tempérée en France, alors il faut privilégier Dutilleux, Pécou, Dusapin, Dufourt.
Mais cela occultera toujours les nombreux Français modernistes qui ont chacun au moins composé une pièce magistrale à garder au panthéon de la musique (bien exemplifiée sur ce site Internet).
Et je veux remercier les Français(es) (alphabétiquement), Amy, Andre, Bancquart, Bedrossian, Béranger, Blondeau (Thierry), Bonilla, Bonnet, Borrel, Bosseur, Campo, Canat de Chizy, Cendo, Chauris, Combier, Criton, Dalbavie, David (Bastien), Durand (Joël-François), Durieux, Giraud (Suzanne), Hervé (Jean-Luc), Hudry, Hurel, Jodlowski, Jolas, Lacaze, Lenot, Leroux, Levinas, Lévy (Fabien), Mâche, Machuel, Mantovani, Maresz, Martin (Laurent), Méfano, Monnet, Narboni, Pattar, Pauset, Pesson, Petitgirard, Radigue, Reverdy, Roche (Colin), Sighicelli, Singier, Tanguy, Zanési, (presque) tous bien vivants, pas mentionnés ci-dessus (injustement), et qui m'ont donné des joies de concerts exceptionnels !
Et dans les autres pays ?
Dans les autres pays historiques, on ne prend pas de risques en Allemagne, avec Stockhausen, Lachenmann, Poppe (les mélomanes Allemands ajouteraient peut-être Henze, Zimmermann, Schöllhorn), en Italie, avec Berio, Nono, Romitelli (les mélomanes Italiens ajouteraient peut-être Fedele, Sciarrino, Bianchi, Scelsi, Dallapiccola, aussi Filidei, mais il est trop jeune), en Grèce, avec Xenakis, Aperghis, en UK, avec Britten, Birtwistle, Harvey, Saunders (les mélomanes Anglais ajouteraient peut-être Dillon, Ferneyhough, Davies, Benjamin), en Espagne, avec Posadas, Lazkano, en Russie, avec Chostakovitch, Ustvolskaya, Khatchatourian (les mélomanes Russes ajouteraient peut-être Denisov, Schnittke), en Europe de l'Est, avec Ligeti (bien sûr), Kurtag, Staud, Mitterer, Lutoslawski, Haas, Radulescu, Pärt, au Japon, avec Takemitsu, Taïra (au moins, pour tous ces pays, car pour quelle raison y en aurait-il moins qu'en France, même si les Français ne savent pas, occupés à se quereller, que la création musicale en France, est en pointe mondialement, et de loin). Reste l'inconnu que représentent les USA… que va-t'il rester de la musique minimaliste (ou répétitive) et de Glass ou Reich ou Adams, qui, déjà, a vieilli avec les interprétations récentes (sauf peut-être de Feldmann), ou de la provoc de Cage, ou du coloriste Crumb ou du mélodiste conservateur Rzewski, tous tonaux, ou du moderniste Carter, eh bien je ne sais pas (là, je jette mon joker). Sans compter les compositeurs nationaux (poussés par chaque Institution nationale) qui rencontrent l'âme d'un peuple (en Pologne, Penderecki et Górecki, en Espagne, Pablo, Gerhard, Halffter (Cristobal), en Russie, Goubaïdoulina, dans les Pays Baltes, Vasks, au Danemark, Abrahamsen, en Finlande, Lindberg, Saariaho, etc.) et sans compter les compositeurs Sud-Américains presque tous immigrés en France ou Allemagne. Pour les insatisfaits, cf. la liste très longue de Wiki.

Au total, quelle leçon tirer d'autant de fausses réponses ou de non-réponses (le signataire de ces lignes plaide coupable par irresponsabilité). Ne cherchez surtout pas à avoir raison à tout prix (de toute façon nous serons morts quand l'Histoire aura eu le temps de faire ses choix, si elle en fait encore pour la musique classique dite contemporaine, bien après son âge d'or romantique et classique pour les foules, et elle le fera SANS nous, sans IA, alias intelligence artificielle, mais sûrement avec autant d'influenceurs… et d'injustices flagrantes)… donc oui, carpe diem, allez au concert, demandez aux organisateurs des reprises des pièces qui vous ont enthousiamé(e)s en enregistrement-diffusion, et constituez votre propre panthéon qui sera tout aussi respectable que celui modestement esquissé ici, en tout cas pour vous servir !
A contrario, la postérité que l'on peut supposer a priori bienveillante (ou respectable) est en réalité un aveuglement : bien sûr, certaines injusrices peuvent (hypothétiquement) être corrigée dans le futur (comme avec le Baroque ou les débuts du Romantisme), mais ce n'est qu'anecdotique, et en réalité depuis les débuts de la Musique Contemporaine, il y a quelques 80 ans, on ne compte plus les centaines de pièces réussies de compositeurs(trices) passés à la trappe sans raison, autre que les caprices du temps. Je le redis CARPE DIEM, au lieu de penser à une postérité incertaine et biaisée !


Jean Huber

P.S. : il faudra relire cet édito sur-subjectif dans 25 ou 50 ans (sans moi) si Internet existe toujours dans cette forme… prophétique ? partial ? convenu ? indû ? qui sait ?


Actualisation : 5 Avril 2024

TOP-12-VISITES : HISTOIRE | PERSPECTIVE | STYLES-ÉCOLES | ÉDITORIAUX-ÉCHOS | ŒUVRES-BBD | GUIDE-EXPRESS | COMPOSITEURS-INTRO | PLUS-BDD | ACTUALITÉS-CRÉATIONS-REPRISES | GLOSSAIRE | VIDÉOS-EXEMPLES | FAQ |



© Jean Henri Huber, Musique Contemporaine.Info, 2005-2024 Merci de signaler les liens vidéos brisés, pour correction immédiate, les concerts, et suggestions, à Pour retourner à la page d'accueil: BIENVENUE !
Retour Haut de page