legend

 

QUODLIBET

 

Emmanuel Nunes : Quodlibet (solistes et orchestre)
DONNÉES-CLÉSANALYSE
  • Année-création : 1991
  • Âge-compositeur : 50 ans
  • Ancienneté (vs. 2017) : 26 ans
  • Durée-pièce : 56 mn
  • Valeur-catalogue : marquante (xxx)
  • Accessibilité-écoute : difficile (++)
  • Type-Effectifs : grand orchestre instrumental
Orchestre (grand avec solistes). Une œuvre spatialisée qui est une sorte de ballet avec solistes, d'une précision métronomique (le chronomètre est un accessoire indispensable à l'exécution) ; le dispositif encerclant le public est établi en fonction des 79 musiciens, avec 2 chefs, répartis en 4 groupes : immobiles (l'orchestre avec 45 instrumentistes), immobiles (7 solistes), semi-mobiles (6 percussionnistes pour 10 postes d'exécutions répartis), mobiles (un ensemble de 21 instrumentistes) ; c'est surtout une pièce innovante et unique, car la première du genre en tant qu'auto-biographie musicale ou kaléidoscope de matériaux antérieurs du compositeur lui-même, sans être des citations ou des collages (les traits individuels de "Degrés", un intervalle de "Fermata", le madrigal de "Voyage du corps", la harpe de "Impromptu pour un Voyage II", un enchaînement harmonique de "Purlieu") ; d'après le titre (littéralement «ce que l'on veut», du Latin quod libet), le quodlibet désigne usuellement une forme musicale où sont intégrés avec liberté des matériaux hétéroclites, et ici le melting pot résultant est superbe, notamment au concert, l'auditeur étant quasiment promené dans l'espace, le temps, et l'onirisme ; la musique est, elle, singulière, toujours en mouvement, certes cérébrale, mais sensuelle, comme remise plusieurs fois sur le métier (mais pas répétitive) avec des angles, des focus, des espacements différents (parfois dissimulés), ne livrant pas immédiatement sa cartographie ou sa théâtralité (un peu comme la «Carte et le Territoire», de Michel Houellebecq) ; Extrait-Vidéo [création : 11 Juin 1991, au Coliseu de Lisbonne (Portugal)]

 

COMPLÉMENTS D'ANALYSE (EXTERNES)
[Josef Häusler, Festival Musica, 2007-09-30 | quodlibet signifie littéralement «ce que l'on veut» ; réduite à sa plus simple expression, cette forme musicale se caractérise par une synthèse de matériaux disparates ; des fragments de sources hétéroclites s'entremêlent et se chevauchent pour former, souvent avec humour, une combinaison séduisante qui joue sur des niveaux de langue et de sens très contrastés ; pour composer un quodlibet, il faut sortir de soi, s'emparer de citations, se référer à l'autre ; le quodlibet réunit à un moment donné, au hasard, des éléments qui cohabitent sur cette perspective biaisée ; la recherche d'écriture et la force de la personnalité peuvent-elles néanmoins reprendre le dessus - tel le quodlibet de la dernière des "Variations Goldberg" de Bach ? cela dépend parfois de l'humeur créatrice du moment, parfois de la force du tempérament de l'artiste ; le quodlibet composé par Emmanuel Nunes en 1990-91 s'oppose à cette définition originelle du genre ; Nunes prend le concept à la lettre, en même temps qu'il le contrarie ; il garde cette idée d'alliage de matériaux disparates, sans avoir prédéterminé leur re-composition ; mais il ne se sert d'aucun matériau étranger ; Nunes a travaillé avec des matériaux d'époques différentes, mais issus exclusivement de ses propres œuvres ; au lieu de se tourner vers l'extérieur, il fait le mouvement inverse ; quant à la citation ? il n'en reste qu'un pâle reflet ; car la citation n'existe que si elle est rendue immédiatement reconnaissable ; c'est précisément ce que Nunes contourne ; certes, Nunes a tiré ses matériaux de pas moins de 14 de ses œuvres, mais sans conserver la forme dans laquelle il les composa ; il les a retravaillés à partir de leur état brut, pour les recomposer : en quelque sorte une re-trouvaille d'un langage déjà formé dans un nouveau contexte ; loin du quodlibet originel, le mouvement d'introversion transforme ici le kaléidoscope en un autoportrait, telle une mosaïque recomposée ; l'art de Nunes incarne un nouveau temps de l'éloquence, le mouvement dans la formulation, la grandeur du verbe et de la couleur, une virtuosité totale dans la mobilisation des ressources extérieures et intérieures ; en 1 heure, il développe avec opulence ce qui avait déjà été dit d'une autre manière ; ainsi, le discours musical prend constamment de nouvelles directions ; chaque mot accouche d'un autre mot dans la continuité ou la rupture, comme une semence laisserait le bourgeon, la bouture, les ramifications, la végétation s'extraire d'elle : masse et dispersion sont à plusieurs étapes mises en contraste ou en liaison ; la tension émotionnelle intérieure suit l'envolée puis l'affaiblissement d'une courbe élastique qui culmine non seulement dans les multiples passages en tutti, mais avec plus d'insistance encore dans les pauses surchargées ; la dominance des cuivres et des percussions, source d'une inspiration des plus sublimes et des plus inventives, est caractéristique de la morphologie des œuvres de Nunes ; le sens du détail est traité sous ses aspects polymorphes dans la dispersion des moyens d'articulation et de sonorités : tout dans le moindre détail devient un corps sonore ; sensuel, le langage de Nunes fait de cet auto-portrait un portrait en relief, avec des aspérités et des cavités, avec des plis, des fissures, des crevasses, des reflets de lumière et de pénombre ; la pièce se laisse facilement définir comme un paysage sonore : une structure déployée immense avec des chaînes de montagne et des vallées encaissées, avec des régions intermédiaires différemment bâties, avec des vastes plateaux, des petites parcelles et des collines voûtées, qui en les traversant ouvrent un nouveau regard et de nouvelles perspectives ; et ces associations géographiques ne viennent pas par hasard, car la pièce est une composition spatiale, où Nunes invente sa propre géographie sonore].

[ajouter un texte personnel d'analyse? envoi via formulaire]

 

Style musical du compositeur
Portugal - Moderniste-Postsériel. Emmanuel Nunes est un compositeur établi qui a développé, à partir de l'héritage sériel (notamment de Henri Pousseur et de Karl-Heinz Stockhausen avec l'électroacoustique et la «forme momentanée» ou Momente Form), une recherche propre en matière de spatialisation et de temps réel (électronique live), 2 paramètres importants de son écriture (à partir de 1989 et jusqu'à sa mort, il travaille assidûment à l'Ircam) ; son style, singulier, rigoureux, affirmatif (certains disent impérieux) et exigeant pour l'auditeur (mais ni hermétique, ni hyper-dissonant), est signé par une esthétique propre de l'harmonie (plutôt sèche, voire rugueuse) et du timbre (plutôt resserré), souvent fondés sur des nombres déterminés de notes ou des chiffres (une magie intellectuelle, beaucoup de structure), par une poésie de l'intelligence, mais aussi du rêve et de la sensualité intériorisée ; sa musique paraît souvent segmentée (des pleins et des déliés au sein d'une figure en mouvement), avec des pulsations à la régularité cachée sur des trajectoires courtes et rapides, donnant une impression auditive de mouvance errante (accentuée par la spatialisation) ; il est l'un des rares compositeurs contemporains à avoir conservé une trajectoire homogène dans son esthétique (toujours moderniste, sans retour partiel à la sonorité, sans élargissement de l'accessibilité) et même ses pièces de la fin possèdent une sècheresse et un ascétisme accrus, peut-être après la déception du demi-échec de son opéra, si peu représenté ; sa musique, plutôt difficile d'accès, demande plusieurs écoutes (et des interprètes talentueux) pour révéler sa plénitude et ses ambitions… Pièces emblématiques (sur un total limité d'environ 60, en sachant que les nombres suivant les pièces ne correspondent pas à des séries comparables, mais à des étapes d'un cycle au nom parfois différent, et que souvent il a révisé ses pièces queqlques années après leur création, reflet de son exigence et de son insatisfaction personnelles): "Ruf" (1977, pour orchestre et bande), "Nachtmusik I" (1978, pour quintette avec ou sans électronique, à l'ambiance unique mélancolique-nostalgique), "Chessed I-IV" (pour quatuor ou 4 ensembles, avec ou sans orchestre, I, 1979, II, 1979, III, 1991, IV, 1994), "Tif'Ereth" (1985, pour 6 instruments solistes et 6 groupes orchestraux, 80 minutes, non écoutée en concert), "Aura" (1991, pour flûte seule, vertigineuse par ses jeux harmoniques), "Quodlibet" (1991, opéra de chambre spatialisé, paysagiste), "Machina Mundi" (1991, pour 4 instruments solistes, chœur, orchestre et bande magnétique), le cycle des "Lichtung" (pour ensemble variable avec dispositif électroacoustique, I, 1992, II, 2000, III, 2007), "Das Märchen" (2008, opéra inspiré du «Serpent Vert» de Goethe, non écouté en concert, avec 2 extraits en 2004 et 2006, pour ensembles, "Epures du Serpent I et II" et surtout, en 2007, un développement spécifique pour 3 altos indépendants ou avec re-recording, "La Main noire", ludique et stupéfiant). légende Portrait

 

 

Actualités du compositeur [Créations, Reprises, Projets]
légendelégendelégendelégendeNé le 31 Août 1941

M.A.J.-Actus : 2013/03/27.
Mort le 3 Septembre 2012 ; Création de "Einspielung", le 16 Juin 2011, version avec électronique, à Paris, Centre Pompidou ; création de "Das Märchen", opéra, le 25 Janvier 2008, à Lisbonne ; reprise des "Litanies", à la Cité de la Musique, le 15 Juin 2007 ; pas de site Internet personnel, dommage (devrait être réalisé par ses amis, depuis sa mort)

Conseil-découverte : "Chessed I-IV" (1979-1994, pour 4 ensembles)

Conseil-approfondissement : "Quodlibet" (1991, opéra de chambre)

 

Actualisation de la page : 27-Mars-2013




Liste BDD de toutes les pièces sélectionnées (historicisées) par compositeur (alphabétique)  | Adams - Phrygian Gates , Shaker Loops , Chamber Symphony | Adès - Living Toys , Asyla | Amy - D'un Espace Déployé , Orchestrahl | Andre - Le Loin et le Profond | Andriessen - De Staat | Aperghis - Récitations | Babbitt - Quatuor n°2 | Bacri - Suite n°4 | Barber - Concerto pour violon , Knoxville : Summer of 1915 , Vanessa , The Lovers | Barraqué - Sonate pour piano , Concerto pour clarinette | Bayle - Jeïta | Bedrossian - Transmission , It , Charleston | Benjamin - At First Light , Antara , Into the Little Hill | Berio - Thema, Omaggio a Joyce , Sequenza I , Circles , Epiphanie , Sequenza II , Laborintus II , Sequenza V , Sequenza VI , Sinfonia , Sequenza VII , Coro , Sequenza IX , Corale , La Vera Storia , Un Re in Ascolto , Sequenza X , Sequenza XI , Sequenza XIII | Bernstein - Symphony The Age of Anxiety | Bertrand - Mana , Vertigo | Birtwistle - Tragoedia , Punch and Judy , The Triumph of Time , Carmen Arcadiae Mechanicae Perpetuum , Agm , The Mask of Orpheus , Earth Dances | Boesmans - Surfing , Reigen | Boucourechliev - Archipels - Anarchipels | Boulez - Douze Notations , Sonatine , Première Sonate , Le Visage nuptial , Deuxième Sonate , Soleil des Eaux , Livre pour Quatuor , Structures, premier Livre , Le Marteau sans maître , Structures, deuxième Livre , Troisième Sonate , Figures Doubles Prismes , Pli selon Pli, Portrait de Mallarmé , Eclat/Multiples , Domaines , Livre pour Cordes , Cummings ist der Dichter , Explosante-fixe , Rituel in Memoriam Bruno Maderna , Messagesquisse , Notations , Répons , Dérive 1 , Memoriale , Dialogue de l'Ombre Double , Dérive 2 , Anthèmes I et II , Incises , Sur Incises | Britten - Peter Grimes , The Turn of the Screw , War Requiem , Quatuor à cordes n°3 | Cage - Sonates et Interludes , Concerto pour piano | Campana - Timing | Carter - Double Concerto , Concerto pour piano , Concerto pour Cor | Cavanna - Concerto pour violon | Cerha - Spiegel I-VII | Chostakovitch - Trio n°2 opus 67 , Vingt-quatre Préludes et Fugues , Concerto n°1 , Quatuor n°8 , Symphonie n°15 , Quatuor n°15 , Sonate pour alto | Chowning - Stria | Connesson - Supernova | Copland - Appalachian Springs | Crumb - Black Angels , Vox Balaenae , Star-Child , Gnomic-Variations | Dalbavie - Miroirs transparents , Seuils | Dallapiccola - Canti di Prigionia , Il Prigioniero , Ulisse | Dao - Koskom | Denisov - Requiem | Dillon - Helle Nacht | Donatoni - Le Ruisseau sur l'Escalier | Dufourt - Saturne | Durieux - Devenir | Dusapin - Time Zones, Quatuor n°2 , Celo, concerto pour violoncelle , Perelà, Uomo di fumo | Dutilleux - Métaboles , Tout un Monde Lointain , Trois Strophes sur le Nom de Sacher , Quatuor Ainsi la Nuit , Timbres, Espace, Mouvement | Eloy - Kâmakalâ | Eötvös - Trois Sœurs | Escaich - Miroir d'Ombres | Fedele - Epos | Feldman - Durations I - V , Neither | Fénelon - Orion Mythologie II , Dix-Huit Madrigaux | Ferneyhough - Unity Capsule , Quatuor n°4 | Ferrari - Symphonie déchirée | Ginastera - Estancia , Concerto pour piano n°2 | Glass - Music in 12 Parts | Goeyvaerts - Sonate n°1 , Quatuor De Zeven Zegels | Górecki - Symphonie n°3 Sorrowful Songs | Greif - Trio , Sonate n°22 Les Plaisirs de Chérence , Sonate pour 2 violoncelles The Battle of Agincourt , Quadruple Concerto La Danse des Morts , Concerto pour violoncelle Durch Adams Fall | Grisey - Partiels , Modulations , Jour Contre-Jour , Talea , Accords perdus , Anubis et Nout , Vortex Temporum , Quatre Chants pour Franchir le Seuil | Haas - Monodie , In Vain , Natures Mortes , Aus-Weg | Harvey - Mortuos Plango, Vivos Voco , Bhakti , Advaya , Quatuor à cordes n°4, avec électronique , Wagner Dream , Speakings | Henry - Le Microphone bien Tempéré , Le Voile d'Orphée | Henze - Les Bassarides , Symphonie n°7 | Holliger - Scardanelli-Zyklus , Concerto pour violon Hommage à Louis Soutter | Huber - Tenebrae | Hurel - Loops III | Ingólfsson - La Métrique du Cri | Jolas - Quatuor n°2 , Stances | Jolivet - Cinq Danses Rituelles , Concerto pour ondes Martenot , Concerto n°2 pour trompette | Kagel - Heterophonie , Quatuor à cordes n°1 , Acustica , Ludwig Van, Homage by Beethoven , Exotica , Rrrrrrr… | Khatchatourian - Gayaneh , Spartacus | Kurtag - Messages de Feu Demoiselle R.V. Troussova , Kafka Fragmente , Stèle | Lachenmann - Air , Quatuor à cordes n°1 Gran Torso , Accanto , Tanzsuite mit Deutschlandlied , Mouvement - vor der Erstarrung , Das Mädchen mit den Schwefelhölzern | Levinas - Appels , Ouverture pour une Fête Étrange | Ligeti - Sonate , Six Bagatelles , Glissandi , Atmosphères , Poème symphonique , Aventures et Nouvelles Aventures , Requiem , Lux Aeterna , Lontano , Quatuor à cordes n°2 , Continuum , Concerto de Chambre , Le Grand Macabre , Trio , Etudes , Concerto pour piano | Lindberg - Kraft , Concerto pour clarinette | Lutoslawski - Musique Funèbre , Trois Poèmes d'Henri Michaux , Livre pour Orchestre | Machover - Hyperstring Trilogy | Maderna - Hyperion | Manoury - Sound and Fury , K… | Mantovani - Turbulences | Maratka - Zverohra | Maresz - Sul Segno | Martin - Iris | Messiaen - Quatuor pour La Fin du Temps , Vingt Regards sur l'Enfant Jésus , Turangalîlâ Symphonie , Quatre Études de Rythme , Oiseaux exotiques , Chronochromie , Et Exspecto Resurrectionem Mortuorum , Des Canyons aux Étoiles , Saint François d'Assise | Mikalsen - Concerto pour ondes Martenot et sinfonietta | Monnet - Bibilolo , Sans Mouvement, sans Monde | Murail - Gondwana , La Barque mystique , Terre d'Ombre , Pour Adoucir le Cours du Temps | Nancarrow - Studies for Player Piano | Nono - Liebeslied , Intolleranza , Como una Ola de Fuerza y Luz , Sofferte onde Serene , Fragmente-Stille an Diotima , Prometeo , No Hay Caminos, Hay que Caminar | Nunes - Nachtmusik I , Einspielung II , Quodlibet | Ohana - Tombeau de Claude Debussy , 24 Préludes | Pablo - Modulos I-II | Pärt - Credo , Fratres | Parmégiani - De Natura Sonorum | Partch - And on the 7th Day Petals Fell in Petaluma | Pécou - Symphonie du Jaguar , L'Oiseau innumérable | Penderecki - Anaklasis , Thrène à la Mémoire des Victimes d'Hiroshima | Pesson - Récréations Françaises , Bitume - Quatuor n°2 | Pintscher - Verzeichnete Spur | Posadas - Quatuor à cordes Liturgia Fractal | Poulenc - Dialogues des Carmélites , Sonate pour flûte , La Voix Humaine | Pousseur - Couleurs croisées | Radulescu - Capricorn's Nostalgic Crickets | Reich - Music for 18 Musicians , Different Trains , City Life | Rihm - Jakob Lenz , Tutuguri I-VI , Jagden und Formen | Riley - In C | Risset - Moments Newtoniens | Robin - Schizophrenia , Art of Metal III , Vulcano | Romitelli - Professor Bad Trip I , Amok Koma , Trash TV Trance | Saariaho - Du Cristal à la Fumée | Scelsi - Quattro Illustrazioni , Quatro Pezzi su una Nota sola , Aiôn , Xnoybis , Duo , Konx-Om-Pax , Pfhat | Schaeffer - Symphonie pour un Homme Seul | Schnittke - Concerto grosso n°1 , Concerto pour alto | Schoeller - Cinq Totems , Concerto pour violoncelle The Eyes of the Wind | Sciarrino - Introduzione all'Oscuro , Infinito Nero, Estasi di un Atto , Da Gelo a Gelo | Stockhausen - Klavierstücke I-VIII , Gesang der Jünglinge , Klavierstück XI , Gruppen , Kontakte , Carré , Klavierstück IX , Momente , Klavierstück X , Stimmung , Hymnen , Mantra , Sirius | Stravinsky - Threni , Requiem Canticles | Stroppa - Upon a Blade of Grass | Takemitsu - Waterways | Tanguy - Eclipse | Tippett - A Child of our Time , The Rose Lake | Ullmann - Der Kaiser von Atlantis | Ustvolskaya - Octuor , Composition n°2 , Sonate n°5 | Varèse - Déserts , Poème Électronique , Nocturnal | Vivier - Paramirabo , Lonely Child | Wessel - Contacts Turbulents | Xenakis - Metastaseis , Eonta , Nomos Alpha , Nuits , Persephassa , Antikhthon , Pléïades , Tetras , Thalleïn | Young - The Well-tuned Piano | Zimmermann - Die Soldaten , Concerto pour violoncelle En Forme de Pas de Trois , Requiem pour un jeune Poète , Ekklesiastische Aktion



© Jean Henri Huber, Musique Contemporaine.Info, 2005-2017 Pour retourner à la page d'accueil: BIENVENUE !
Retour Haut de page